Lecture en cours
Handicap et inclusion sociale, ODD 2030. Résolution du Parlement européen

Handicap et inclusion sociale, ODD 2030. Résolution du Parlement européen

Handicap Parlement européen

Le Parlement européen - avec le résolution 7.10.21 sur la protection des personnes handicapées - souligne la nécessité de mettre concrètement en œuvre la Convention des Nations Unies (CDPH, Convention relative aux droits des personnes handicapées) et garantir une inclusion sociale effective, pour se rapprocher des Objectifs de Développement Durable (ODD 2030). Détails à suivre.

Handicap, barrières et discrimination

Personnes handicapées dans l'Union européenne se réunissent barrières systémiques dans l'accès aux soins de santé, à l'éducation, à l'emploi et activités récréatives. Avec un risque de pauvreté ou exclusion sociale beaucoup plus élevé que pour les personnes non handicapées. Et la discrimination subie par près des deux tiers des personnes handicapées, selon un récent Enquête Eurostat. (1)

La situation a encore aggravé pendant l'urgence du coronavirus. Non seulement les personnes handicapées ont été parmi les plus à risque pendant l'urgence sanitaire, mais elles ont également dû faire face à de nombreuses difficultés, allant de l'impossibilité de se rendre dans les hôpitaux, aux difficultés d'accès aux systèmes informatiques et à Internet, ainsi qu'au manque de matériels de soutien adéquats pour étudier ou travailler, ce qui les pénalise et les discrimine davantage.

Parlement européen, résolution 7.10.21

L'Assemblée de Strasbourg, avec la résolution 7.10.21 sur la protection des personnes handicapées, a voulu jeter les bases d'une nouvelle stratégie européenne à long terme sur le handicap. Pour aborder les problèmes en termes plus concrets que les thèmes généraux mentionnés dans le Stratégie 2021-2030 de la Commission européenne.

Est essentiel travailler sur toutes les barrières environnementales, politiques et sociales qui - dans l'interaction avec des individus souffrant de déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables - constituent un obstacle à leur pleine inclusion sociale.

Parlement européen, la stratégie en matière de handicap

La stratégie préconisée par le Parlement européen est développée selon une approche intersectorielle impliquant tous les secteurs clés directement ou indirectement liés aux dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). Cela signifie:

- gouvernance et la mise en œuvre,

- la protection des données sensibles,

- participer,

- mouvement libre,

- lutter contre les discriminations,

- emploi et affaires sociales,

- les marchés publics et les financements de l'UE,

- numérisation,

- Rechercher,

- instruction,

- la protection des droits des femmes handicapées.

Gouvernance et mise en œuvre

Il faut avant tout prévoir une définition commune des personnes handicapées et la reconnaissance mutuelle de leur statut, ainsi que ratifier le protocole facultatif de la CDPH et programmer les actions prévues avec des horizons temporels définis et des ressources adaptées. Et donc:

  • identifier des définitions communes à appliquer dans toutes les stratégies de l'UE. Des termes clés, tels que handicap, désinstitutionnalisation, vie en communauté, vie indépendante et éducation inclusive,
  • assurer la reconnaissance mutuelle des Commande handicapées dans tous les États membres, afin d'assurer la libre circulation des personnes handicapées et de permettre la reconnaissance et le bon exercice de leurs droits en tant que citoyens européens,
  • fournir davantage d'assistance aux personnes handicapées dans les domaines prioritaires de la santé, de l'éducation, de l'accessibilité, de l'emploi et des conditions de travail, de l'autonomie, de la protection sociale et de la sensibilisation,
    ratifier la protocole facultatif à la CRPD sans plus de délai,
  • revoir la législation et les programmes de financement de l'UE, dans le but d'assurer le plein respect de la CDPH. En impliquant de manière constructive les organisations de personnes handicapées et les membres du cadre européen de vérification de la mise en œuvre de la CDPH,
  • soutenir la proposition de la Commission d'établir une plate-forme pour les personnes handicapées afin de renforcer gouvernance la coopération au niveau de l'UE, la mise en œuvre de la stratégie européenne sur le handicap 2021-2030 et les stratégies nationales en la matière,
  • promouvoir la collaboration avec les autorités, les entreprises, les partenaires sociaux et la société civile aux niveaux européen, national, régional et local. Afin d'assurer la bonne mise en œuvre de la stratégie post-2020,
    inviter les institutions de l'UE à donner la priorité à la nomination de personnes handicapées au rôle de coordonnateurs du handicap,
  • inviter les États membres à établir des listes d'actions planifiées avec des horizons temporels clairs et des ressources allouées pour l'égalité, la participation, la libre circulation et la vie indépendante, l'accessibilité, l'emploi et la formation, l'éducation et la culture, la pauvreté et l'exclusion sociale, l'action extérieure, l'absence de violence et contre la maltraitance, l'intégration du handicap et la sensibilisation.

Protection des données sensibles

Données sensibles les personnes handicapées doivent être soigneusement protégées. A cette fin, le Parlement :

  • demande à la Commission de veiller à ce que les États membres appliquent correctement le règ. UE 2016/679, cd GRPD (Règlement général de protection des données) (2) et prendre les mesures nécessaires pour protéger les données sensibles des personnes handicapées,
  • souligne que tout traitement de données à caractère personnel doit avoir lieu dans le plein respect du RGPD,
  • souligne que, conformément au RGPD, le traitement des données génétiques ou biométriques destinées à identifier de manière unique une personne physique, ainsi que des données relatives à la santé (données personnelles sensibles), est interdit sauf dans les cas expressément prévus par le règlement lui-même . .

Participation

La participation l'activité des personnes handicapées dans toutes les sphères de la vie sociale implique :

  • la nécessité de consulter et d'impliquer activement les organisations de personnes handicapées à toutes les étapes de la planification, de l'adoption, de la mise en œuvre et du suivi de tous les types de mesures, afin qu'elles assurent et reflètent la promotion de leurs droits fondamentaux,
  • la garantie de la participation pleine et effective des personnes handicapées dans tous les domaines de la vie et de la société, comme condition préalable à l'exercice de leurs droits fondamentaux,
  • l'assurance par les États membres de la participation effective des personnes handicapées au processus politique, sans limites.

Mouvement libre

Une carte européenne du handicap doit être proposé par la Commission, d'ici fin 2023, et être reconnu dans tous les États membres. Être valable non seulement comme carte de stationnement, mais comme moteur de projets pilotes visant à améliorer les conditions de vie des personnes handicapées. L'Assemblée de Strasbourg a donc :

  • demande à la Commission d'exempter les personnes handicapées, leurs familles et leurs aidants du paiement des péages dans toute l'Europe. Afin de faciliter leur circulation, notamment lorsqu'ils doivent effectuer de multiples mouvements pour des traitements médicaux et de bien-être,
  • invite la Commission à renforcer davantage le cadre réglementaire pour la participation des personnes handicapées au tourisme,
  • demande la mise en œuvre «rapide» dans tous les États membres des règles prévues par le règlement dit ferroviaire (règlement CE 1371/2007), (3) pour l'instant est attendu en Italie,
  • invite la Commission à envisager la possibilité de présenter une proposition sur les droits des passagers handicapés dans les transports urbains et extra-urbains, afin de combler les lacunes restantes,
  • réclame un paquet tout aussi efficace pour le transport maritime,
  • demande à la Commission d'aider les États membres à garantir, aux niveaux local, régional et national, les conditions permettant aux personnes handicapées de jouir des droits à la libre circulation, à l'autodétermination et au choix personnel sur un pied d'égalité avec les autres, de diriger une société indépendante la vie. Et d'être inclus dans la communauté, comme l'exige l'article 19 de la CDPH.

accessibilità

Agence européenne pour l'accessibilité, des informations dans un format accessible à tous, des villes adaptées aux personnes handicapées. Utopie ou perspective concrète ? Le Parlement européen :

  • invite la Commission à créer une agence européenne pour l'accessibilité (EU Access Commission), chargée d'élaborer des spécifications techniques sur l'accessibilité à l'appui des politiques et réglementations spécifiques dans l'UE,
  • demande à la Commission et aux États membres de garantir l'accessibilité cognitive, sensorielle et physique des initiatives de l'UE en matière de numérisation du marché du travail,
  • demande à la Commission d'utiliser l'acte législatif européen sur l'accessibilité comme base pour l'adoption d'un cadre européen solide pour un environnement accessible et inclusif, où l'accessibilité totale des espaces publics, des services, y compris les services de transport et de communication, est garantie, administrativement et financièrement, ainsi que l'environnement bâti. se félicite de l'initiative Access City Award de la Commission (prix des villes adaptées aux personnes handicapées),
  • invite les États membres à mettre pleinement en œuvre et à contrôler en permanence l'ensemble de la législation sur l'accessibilité, y compris la directive (UE) 2019/882 (acte européen sur l'accessibilité). 4° Dans le but d'éliminer et de prévenir efficacement et définitivement les obstacles pour les travailleurs handicapés, ainsi que d'améliorer et d'assurer la disponibilité de services accessibles et la pertinence des conditions dans lesquelles ces services sont fournis,
  • invite dès lors instamment les États membres à mettre en œuvre avec soin la directive (UE) 2018/1972 (5) établissant le code des communications électroniques européen, afin de garantir que les personnes handicapées puissent communiquer avec les services d'assistance et d'urgence essentiels,
  • invite les États membres à assurer la mise en œuvre rapide et efficace à tous les niveaux de la directive (UE) 2016/2102 (6) sur l'accessibilité des sites website et les applications mobiles des organismes publics, afin que les personnes handicapées puissent trouver toutes les informations dont elles ont besoin dans un format accessible, y compris en langue des signes nationale,
  • prie instamment les États membres de transposer la directive sur les services de médias audiovisuels, attendue depuis longtemps, dans leur législation nationale. Et pour fournir des services de médias audiovisuels accessibles aux personnes handicapées, comme le prévoit l'article 7 de ladite directive,
  • prie instamment les institutions de l'UE d'améliorer le niveau et la qualité de l'accessibilité dans tous leurs bâtiments et de rendre toutes sortes d'informations accessibles. Par le biais également de traductions dans la langue des signes des différents États membres, de la production de documents en braille et dans une langue facile à lire,
  • demande instamment aux services compétents du Parlement d'autoriser le dépôt des pétitions dans les langues des signes internationales et nationales utilisées dans l'UE,
  • souligne la nécessité de fournir une interprétation facile à lire en langue des signes et des traductions en langue pour les réunions des commissions, les réunions plénières et toutes les autres réunions du Parlement, afin de les rendre accessibles aux personnes handicapées.

Lutte contre les discriminations

Règles de l'UE contre toutes les formes de discrimination, protection e garanties pour moi soignant et leur reconnaissance mutuelle dans l'UE, un accès inclusif et équitable à la justice. Le Parlement:

  • invite les États membres à travailler ensemble dans un esprit de confiance mutuelle pour élargir le champ de la reconnaissance mutuelle de la condition de handicap dans des domaines tels que la mobilité de la main-d'œuvre et les prestations liées aux conditions de prestation de services,
  • souligne la nécessité d'étendre les avantages de la carte européenne d'invalidité afin que les avantages d'un accès mutuellement reconnu à la santé soient également inclus;
  • souligne qu'en particulier, les enfants handicapés sont 3,7 fois plus susceptibles que les enfants non handicapés d'être victimes de toute forme de violence, 3,6 fois plus susceptibles d'être victimes de violences physiques, 2,9 fois plus susceptibles d'être victimes de violences sexuelles. Soulignant que les mineurs ayant un handicap mental ou intellectuel semblent faire partie des groupes les plus vulnérables, avec un risque de subir des violences sexuelles 4,6 fois plus élevé que leurs pairs non handicapés. Elle demande donc un cadre européen pour la protection des personnes handicapées contre toutes les formes de violence,
  • souligne le besoin urgent d'une législation européenne visant à protéger les citoyens contre toutes les formes de discrimination dans l'Union et estime que cela est essentiel pour la bonne mise en œuvre des politiques énoncées dans la CDPH,
  • souligne que la réponse aux futures crises sanitaires (de la préparation au traitement) doit garantir que les personnes handicapées ne soient pas laissées pour compte,
  • demande à nouveau à la Commission de collaborer avec la Cour de justice de l'Union européenne sur les stratégies de communication et d'accessibilité, afin de garantir que les personnes handicapées aient la possibilité d'accéder au système judiciaire de l'Union sans subir aucune forme de discrimination ,
  • condamne toutes les formes de discrimination à l'égard des personnes handicapées sur le lieu de travail. invite les États membres et la Commission à mettre en œuvre des politiques visant à prévenir les cas de l'intimidation fondée sur le handicap,
  • souligne que l'incarcération des personnes dont le handicap est incompatible avec la détention doit être évitée et que des alternatives aux peines de prison doivent être proposées,
  • souligne à cet égard la nécessité de politiques et de stratégies européennes et nationales soutenir fortement les membres de la famille et personnel soignant. Considérant qu'il est essentiel de leur assurer une reconnaissance mutuelle européenne dans leur rôle d'aidant,
  • invite les États membres à prendre des mesures adéquates et opportunes pour garantir un accès effectif, équitable et inclusif des personnes souffrant de tous les types de handicap au système judiciaire et à l'application des lois à toutes les étapes du processus,
  • prie instamment les États membres d'offrir aux personnes handicapées et à leur réseau de soutien un accès prioritaire à la vaccination.

Emploi et affaires sociales

Égalité des chances en matière d'emploi, emploi aidé, quotas pour les personnes handicapées. L'Assemblée:

  • invite les États membres à promouvoir et à garantir un cadre réglementaire et politique pour la participation des personnes handicapées, et en particulier des femmes handicapées, au marché du travail. Y compris les personnes souffrant de handicaps occultes, de maladies chroniques ou de troubles d'apprentissage,
  • demande à la Commission et aux États membres de promouvoir et de soutenir les entreprises sociales axées sur l'emploi des personnes handicapées, car elles constituent un levier pour stimuler la création d'emplois décents,
  • encourage les États membres à permettre aux personnes souffrant de handicaps importants et graves d'accéder rapidement aux régimes publics de retraite, afin de lutter contre le risque de pauvreté et d'exclusion sociale chez les personnes âgées,
  • prie instamment les États membres de soutenir des modèles de placement et de soutien individuels fondés sur les droits inclusifs et dignes (emploi assisté) comme moyen de faire passer les personnes handicapées vers le marché du travail ouvert dans la mesure du possible,
  • souligne la nécessité d'une aide financière pour permettre aux personnes handicapées d'embaucher ou d'employer des personnes ayant des qualifications spécifiques pour les assister,
  • invite la Commission et les États membres à favoriser l'accès des personnes handicapées à des emplois durables et de qualité,
  • demande aux États membres de mettre pleinement en œuvre la directive 2000/78/CE du Conseil. (7) prie instamment les États membres de développer les perspectives d'emploi des personnes handicapées en améliorant la mise en œuvre de la directive susmentionnée,
  • invite les États membres à veiller à ce que le marché du travail et les environnements de travail soient ouverts, inclusifs et accessibles aux personnes handicapées,
  • demande instamment aux institutions et aux États membres d'introduire des quotas de travail pour les personnes handicapées afin de promouvoir un lieu de travail inclusif.

Marchés publics et financement de l'UE

Investir dans l'égalité des chances, conformément à la CRPD. Les députés demandent ce qui suit :

  • Les États membres doivent se conformer à la CDPH lors de la mise en œuvre de la législation sur les marchés publics, notamment en ce qui concerne le choix des supports, les spécifications techniques, les critères d'attribution et les conditions d'exécution des contrats,
  • la Commission et les États membres doivent introduire, dans le contenu final des accords de partenariat sur les Fonds structurels et d'investissement européens et dans les programmes y afférents, des objectifs et des approches pour améliorer les conditions de vie des personnes handicapées. Respectant à la fois les principes d'accessibilité et de non-discrimination. Il est donc nécessaire d'investir dans l'égalité des chances et la participation des personnes handicapées dans tous les domaines de la vie, également en soutenant la transition de la vie en institution à la vie en communauté,
  • invite les États membres à exploiter les possibilités offertes par les fonds européens pertinents pour la création d'emplois et la formation des personnes handicapées.

Numérisation

Mettre en œuvre des technologies d'assistance et d'adaptation. Les États membres devraient:

  • évaluer les opportunités et le potentiel offerts par la numérisation et les solutions numériques. Reconnaître par conséquent la valeur des technologies d'assistance et d'adaptation pour les personnes handicapées, en tenant dûment compte de la protection des données personnelles et des implications éthiques,
  • promouvoir activement la participation des personnes handicapées en leur fournissant des moyens appropriés pour garantir leur accès aux services publics en ligne. Avec de nombreuses autres ressources, ajoutons-nous, par rapport à ceux proposés jusqu'à présent.

Recherche

Des investissements dans l'innovation doivent être mis en œuvre, qui doit exprimer et répondre aux besoins des personnes handicapées. Le Parlement européen :

  • demande à la Commission de poursuivre les recherches sur l'impact et les effets des technologies émergentes sur la santé des personnes handicapées, telles que celles des lampes à LED sur les personnes photosensibles,
    souligne la nécessité d'investir dans la recherche et l'innovation sur l'emploi et l'esprit d'entreprise des personnes handicapées, afin de promouvoir leurs moyens de subsistance économiques et leur participation à la vie économique et sociale.

éducation

Des formations professionnelles, un accompagnement personnalisé et plus de financement. Pendant qu'en Italie 2/3 des écoles sont encore inaccessibles aux étudiants en situation de handicap moteur, 98% aux étudiants en situation de handicap sensoriel (Istat, 2020), le Parlement européen :

  • invite la Commission et les États membres à investir dans la formation de professionnels pour répondre aux besoins des personnes handicapées,
  • souligne l'importance d'assurer un soutien précoce, personnalisé et complet aux enfants handicapés, à leurs parents et à ceux qui s'en occupent,
  • Souligne la nécessité d'augmenter les possibilités de financement pour l'éducation inclusive, dans la mesure du possible et souhaitable, à la fois pour promouvoir l'impact de l'éducation inclusive sur les enfants avec ou sans handicap et pour financer la recherche sur l'éducation inclusive
  • encourage l'utilisation des nouvelles technologies, y compris les aides à la mobilité ainsi que les dispositifs et technologies auxiliaires adaptés aux personnes handicapées,
  • note que l'éducation joue un rôle essentiel dans le développement individuel et que des environnements d'apprentissage accessibles offrent aux personnes handicapées la possibilité de contribuer pleinement à tous les aspects de la société,
  • invite les États membres à respecter les orientations définies par la Commission dans sa communication sur la réalisation de l'espace européen de l'éducation à l'horizon 2025, rappelant le devoir des gouvernements de promouvoir l'éducation inclusive dans tous les secteurs de l'éducation et de la formation, conformément aux engagements pris par les Nations Unies dans le cadre de la CDPH,
  • demande l'application d'un système inclusif dans les politiques éducatives nationales, européennes et régionales permettant d'intégrer les apprenants handicapés dans le système scolaire ordinaire, afin d'éviter toute forme de discrimination.

Protection des droits des femmes handicapées

Une plus grande protection et une plus grande participation aux processus décisionnels. Le Parlement européen :

  • demande que l'intersection du genre et du handicap soit intégrée dans toutes les politiques, programmes et initiatives de l'UE et dans les plans d'action nationaux des États membres. Optimiser par conséquent l'utilisation des instruments de financement actuels et futurs de l'UE pour promouvoir l'accessibilité et la non-discrimination,
  • invite la Commission et les États membres à assurer le plein développement, la promotion et l'autonomisation des femmes handicapées et à promouvoir leur participation à la prise de décision publique,
  • invite la Commission et les États membres à s'attaquer d'urgence, par le biais de la convention d'Istanbul (8), à la violence fondée sur le genre à laquelle les femmes et les filles handicapées sont soumises de manière disproportionnée, au moyen d'une sanction pénale spécifique de la violence fondée sur le genre (conformément avec le TFUE, article 83.1), (9)
  • Exhorte les États membres à garantir des investissements publics pour garantir le plein accès à la santé sexuelle et reproductive et aux droits connexes pour les femmes et les filles handicapées. Regrette que l'éducation sexuelle soit souvent refusée aux filles handicapées. Exhorte les États membres à assurer une éducation complète et inclusive sur la sexualité et les relations,
  • invite la Commission et les États membres à soutenir les modèles commerciaux et les initiatives d'économie sociale visant à améliorer l'inclusion sociale et professionnelle des femmes handicapées par le biais du plan d'action pour l'économie sociale.

Conclusions provisoires

Les objectifs de cette stratégie ils ne peuvent être atteints que par une action coordonnée au niveau national et européen. Les États membres, les autorités régionales et locales devront s'engager à définir et à mettre en œuvre des politiques et des programmes en matière de handicap, qui reflètent les actions proposées par le Parlement européen. À son tour, l'UE devra jouer un rôle important de soutien et de contrôle continu.

Un engagement extraordinaire elle est nécessaire pour dépasser une situation qui voit l'Europe encore à l'âge de pierre, sur la plupart des sujets abordés. Ce n'est qu'ainsi qu'il sera possible de contribuer à la réalisation d'une Union de l'égalité et de renforcer le rôle de l'Europe en tant que partenaire mondial dans la lutte contre les inégalités, pour la réalisation de Objectifs de développement durable (ODD) dans le programme des Nations unies à l'horizon 2030. (10)

#Égalité !

Dario Dongo et Elena Bosani

Notes

(1) Eurobaromètre spécial 493, Discrimination dans l'UE, mai 2019

(2) JO L 119 du 4.5.2016, p. 1.

(3) https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2007:315:0014:0041:IT:PDF

(4) https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/PDF/?uri=CELEX:32019L0882&from=IT

(5) https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018L1972

(6) https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/PDF/?uri=CELEX:32016L2102&from=IT

(7) https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32000L0078:it:HTML

(8) https://www.istat.it/it/files/2017/11/ISTANBUL-Convenzione-Consiglio-Europa.pdf

(9) https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/HTML/?uri=CELEX:12016E083&from=SK
(10) https://unric.org/it/agenda-2030/

+ afficher les articles

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

+ afficher les articles

Avocat à Milan et Francfort-sur-le-Main. Experte en droit de la famille, de la jeunesse et pénal, elle est aujourd'hui inscrite en master universitaire en droit de l'alimentation

© 2019 Égalité Onlus,
Organisation à but non lucratif
Lungotevere de Pietra Papa 111
00146 Rome
Code des impôts 96411760588
  Creative Commons License
Égalité est sous licence Creative Commons Attribution - Non commercial - Pas d'œuvres dérivées 4.0 International
Scroll To Top
Translate »