Lecture en cours
Droit universel à l'eau

Droit universel à l'eau

Le droit universel à l'eau et aux installations sanitaires a été proclamée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 28.7.10. Et c'est encore un mirage pour un individu sur trois, globalement.

»1 personne sur 3 dans le monde n'a pas accès à l'eau potable» (UNICEF, OMS, 18.6.19).

Au moins 32 % des habitants de la planète (2,2 milliards sur 7) n'ont pas accès à l'eau potable. Même 60% - soit 4,2 milliards de personnes - manquent d'installations sanitaires de base, dont l'absence est l'une des principales causes de mortalité infantile. En effet, un millier d'enfants meurent chaque jour de maladies, comme la dysenterie et les infections des voies respiratoires, qui pourraient être évitées grâce à l'eau et aux aides sanitaires de base (Rapport Unicef ​​- OMS 'Progrès en matière d'eau potable, d'assainissement et d'hygiène des ménages, 2010-2017. Focus sur les inégalités').

Désertification et guerre

Désertification est en hausse, comme documenté à l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et sécheresse, 17.6.19. Là pression sur les ressources en eau et migration cependant, ils atteignent leur apogée dans les zones de conflit qui perdurent depuis des années avec l'assentiment du Conseil de sécurité de l'ONU. En Libye comme au Yémen.

Droit universel à l'eau. Sûr

L'Assemblée générale des Nations Unies, le 28.7.10, a proclamé l'accès à l'eau et à l'assainissement comme un droit humain fondamental. Et le 25.9.15, les États membres de l'ONU se sont engagés à garantir sa réalisation effective et complète d'ici 2030, en y consacrant le sixième des 17 objectifs de développement durable (Objectifs de développement durable, ODD).

Voir aussi

Sécurité aquatique il est menacé par la contamination microbiologique. Et maintenant aussi d'autres risques liés à la pollution microplastique. Qui ils ne sont pas suffisamment filtrés pas même des stations d'épuration modernes e contaminer les mers e l'atmosphère, à entrer dans la chaîne alimentaire. avec effets graves sur la santé humaine, encore délaissée par les autorités chargées de gérer les risques y afférents.

(Dario Dongo)

+ afficher les articles

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Voir les commentaires (0)

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

J'accepte le Politique de confidentialité

© 2019 Égalité Onlus,
Organisation à but non lucratif
Lungotevere de Pietra Papa 111
00146 Rome
Code des impôts 96411760588
  Creative Commons License
Égalité est sous licence Creative Commons Attribution - Non commercial - Pas d'œuvres dérivées 4.0 International
Scroll To Top
Translate »