Les trois premiers projets d'Égalité s'adressent à une catégorie de personnes handicapées, celles qui ont besoin d'un fauteuil roulant pour pouvoir se déplacer. Pousser un fauteuil roulant nécessite des compétences physiques, de la force et de l'endurance à la portée de peu. Surtout dans les environnements extérieurs et plus encore dans des pays comme l'Italie, où les barrières architecturales sont omniprésentes.

 

 

Déménagement en fauteuil roulant manuel - en plus d'être difficile et fatigant - il augmente le risque de chutes. Les trottoirs cahoteux et/ou sans glissades, les pentes et les irrégularités sont quelques-unes des principales causes de fractures osseuses et d'hospitalisation. Pour des individus qui souvent, contrairement à ce que beaucoup pourraient croire, ne sont pas « malades ». C'est simplement une condition de vie.

autonomie de ces personnes devraient être promues par le secteur public et favorisées par la communauté, sur la base de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et des réglementations qui en ont découlé. En effet, les transports en commun sont souvent inaccessibles et les moyens alternatifs (ex : voitures, taxis) sont réservés aux quelques « handicapés fortunés ». Les horizons spatiaux de la majorité, en revanche, se limitent aux quelques pâtés de maisons autour de leurs habitations.

Égalité veut offrir aux personnes incapables de marcher deux outils efficaces d'autonomie de mouvement. L'E-TR, roue électrique pour fauteuil roulant, et son compagnon idéal É-GT, fauteuil roulant intelligent. Deux projets complémentaires qui trouveront une application industrielle non lucratif et une large diffusion, en vue de couvrir les coûts et de réinvestir dans la recherche.